Interview de Frank Selasie, créatrice de mode.

Issue d’une influente famille ghanéenne, Cheryl Frankey Selasie Amewusika Kosiwo Acolatse (dite Frankey) est passionnée de couture dès son plus jeune âge. Née à Londres, elle passe son enfance entre l’Europe et l’Afrique. A sa majorité, elle entre dans le monde du mannequinat et sillonne les podiums, en plus d’occuper le poste d’assistante personnelle de l’éditeur-en-chef du magazine CANOE AFRICA.

Aujourd’hui âgée de 24 ans, Frankey crée officiellement, au début de l’année 2014, sa propre marque de vêtements cousus main: Frank Selasie

De retour depuis quelques semaines au Ghana après trois années passées à voyager, elle a gentiment accepté de répondre à mes questions par email concernant son utilisation personnelle et professionnelle des réseaux sociaux.

photo 3

Twitter                                                Instagram

Quand as-tu commencé à utiliser les réseaux sociaux ? D’abord de façon personnelle, ou directement comme outil de promotion pour ta marque ?

J’ai commencé à l’adolescence, c’était d’abord un outil de socialisation et d’expression, puis ça s’est développé en double usage pour ma marque.


Sur Twitter, tu partages souvent tes propres points de vue. Tu abordes, entres autres, des sujets politiques… Est-ce que ça affecte ton travail ? Quels sont les avantages et les inconvénients d’utiliser les réseaux sociaux en tant que personne ET en tant que marque en même temps ?

Avant d’avoir une marque établie, Twitter était une constante source de notoriété pour moi, certaines personnes me connaissaient par ce biais uniquement et j’ai un peu flippé en voyant l’attention que mes points de vue m’apportaient, jusqu’à la création de ma marque.

Maintenant, toute l’attention que je reçois, négative ou positive, œuvre en ma faveur. Dans le fond, c’est pratique car nous sommes un : je prends grand soin de ne pas séparer l’entité que sont moi-même et ma marque, car la plupart de mes followers ne voient pas de séparation. Ma ligne de vêtements est simplement une autre représentation de moi, et j’ai appris à apprécier et à exploiter ça.


On se suit mutuellement sur Twitter et Instagram, es-tu présente sur d’autres réseaux sociaux ?

Non, ce sont mes deux seules formes de réseaux sociaux. J’avais un compte Facebook autrefois, mais au Ghana des harceleurs s’en servaient pour me suivre littéralement ainsi que ma famille. C’était terrifiant.

Twitter et Instagram, à mon avis, sont la balance parfaite entre l’intimité et l’exposition.


Est-ce que tu gères tes comptes toi-même ?

Je fais tout moi-même, je pense que ce serait injuste vis-à-vis des gens qui me suivaient et m’encourageait déjà avant que j’établisse ma marque d’en faire autrement.


As-tu un social media plan précis et établi, ou sais-tu, avec l’expérience que tu as acquise, quand poster quoi ?

Je dois beaucoup penser au décalage horaire, afin que toute mon audience ait accès à mon message en même temps aux « heures de pic », mais en général je n’y fais pas attention à moins que je prévoie d’annoncer quelque chose de spécial.


Etats-Unis, Arabie Saoudite, Ghana… Tu changes de continent presque tous les six mois! Ayant des clients et des followers à peu près partout dans le monde, comment fais-tu avec les différents fuseaux horaires pour atteindre ton audience ?

C’est un peu dur de se rappeler de faire le calcul des décalages horaires, mais ça va venir. Je partage mon activité en deux : je poste mon travail dans les moments profitables, et quand c’est plus tranquille je profite de poster les choses personnelles.


Beaucoup d’entrepreneurs tels que toi utilisent Pinterest  pour vendre leurs produits. En fais-tu partie ?

Non, pour être honnête je ne connais pas du tout ce site, et je suis heureuse avec la simplicité de ma plateforme.


As-tu des critères spécifiques avant de joindre un réseau social, pour toi-même et/ou pour ta marque ?

Pour les deux, j’exige de la simplicité. J’aime les présentations claires et épurées.


Tu es une designer, une artiste. Qu’est-ce que tu penses des artistes et des médias sociaux?

Twitter a ruiné la perception que j’avais de certains artistes, au point où je ne pourrai plus jamais écouter leur musique ou prêter attention à leur travail. Certains, parfois, utilisent les réseaux sociaux pour attirer l’attention en se plaignant, en étant négatifs… Bref, en tenant un discours inutile qui n’a absolument rien à voir avec l’amélioration de leur marque et de leur art. Les artistes peuvent être des pestes égomaniaques stéréotypées, et parfois ce serait mieux qu’ils se taisent. Mais les médias sociaux n’encouragent généralement pas les bouches closes.

Je pense qu’en tant qu’artistes, on doit amoindrir la frontière entre les deux : la plupart du temps, la personne et l’artiste sont séparés, mais pas sur les réseaux sociaux. Les “fans” ne voient pas les choses comme ça.

photo 2

Comment utilises-tu la section blog de ton site web ?

Deux fois par an, j’édite un billet intitulé ART BITCH. C’est un résumé de mes expériences, mes voyages, mon art, mes pensées. Ma présence sur Internet s’est développée via le blogging. Bien avant l’esthétique, c’est mon écriture qui a capté l’attention des internautes. La section blog du site est là pour le rappeler et existe pour les ‘’fans depuis le premier jour’’.


Est-ce que tu traques des données telles que le nombre de visiteurs, clics, vues, etc… sur ton site web ?

Oui, mais seulement quand je viens de mettre une nouvelle collection en vente. Je regarde attentivement ce qui génère du trafic et la façon dont les gens reçoivent mon travail lorsqu’il y a de nouveaux produits disponibles.


Quand vas-tu dévoiler ta prochaine collection ?

La première semaine de décembre. J’organise une soirée de lancement à Accra. Ce weekend-là, je dévoilerai une collection de robes de soirée intitulée « Edulali ».

Une réflexion sur “Interview de Frank Selasie, créatrice de mode.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s