Réseaux sociaux privés, le nouveau trend ?

reseaux-sociaux-prives

Vous connaissez déjà Facebook, Twitter, Youtube et Instagram? Aujourd’hui, je vous propose de découvrir une autre sorte de communauté: les réseaux sociaux privés! Ceux-ci prennent de plus en plus d’ampleur. Qu’il s’agisse d’entreprises, de festivals, de communautés bien spécifiques, tout le monde s’y met!

Il m’arrive de plus en plus souvent d’être invitée à rejoindre des réseaux sociaux qui traitent de sujets bien précis et auxquels le grand public n’a pas forcément accès. C’est ce que j’appelle les réseaux sociaux privés. D’où ma question: sont-ils devenus le nouveau “trend”?

Alors venez, je vous emmène faire un tour d’horizon de ces nouveaux réseaux, afin de vous présenter en quoi ils se démarquent des réseaux sociaux traditionnels.

Reseaux-sociaux-prives-entreprises

 

Givaudan le RSE qui cartonne !

reseaux-sociaux-prives-givaudanGivaudan est une société suisse de parfums et d’arômes créée en 1895. Celle-ci fait partie des 30 premières valeurs boursières helvétiques.

En 2012, Givaudan lance son RSE interne son petit nom “Shake”, petit nom bien choisi car pour secouer, cela a bien secoué la communication interne. Il a été mis en place dans l’objectif de connecter les 9’000 salariés de la société dispersés à travers le monde, pour qu’ils puissent communiquer, partager des informations, des documents, leurs connaissances et s’aider mutuellement à résoudre des problèmes. L’entreprise n’a pas forcé ses employés à l’utiliser, mais les a vivement encouragés à s’y intéresser, à se l’approprier, à l’aimer et à mettre à profit ses multiples facettes. Des employés volontaires se sont mutés en “community manager”, afin de le rendre vivant et de faciliter son intégration. Givaudan a mis en place une charte d’utilisation et les employés assument leurs commentaires et acceptent que les contenus appartiennent à la société.

reseaux-sociaux-prives-givaudan-shake

Le bilan de cette mise en place trois ans après?  Cela a cartonné!
6’000 personnes (donc quasiment 100% des personnes y ayant accès, 3000 personnes travaillant en usine n’y sont pas connectées) ont créé un profil dont le 50% utilise Shake (ce taux est actuellement stabilisé). 180 groupes actifs avec plus de 100 vues. Trois paramètres sont calculés depuis sa création:

  • Actif – Les personnes qui viennent regarder, chercher des informations, etc.
  • Participation – Les personnes qui répondent, commentent, “like”.
  • Contributeurs – Les personnes qui créent du contenu, documents et blogs.

Les taux actuels sont excellents: 60% d’actifs, 16% de participation et 6% de contributeurs.
Voici quelques exemples de contenus ou groupes se trouvant sur la plateforme et qui rencontrent un franc succès.
La création de groupe pour réunir des équipes qui travaillent avec des fuseaux horaires différents.
La création d’articles de blog qui génèrent des “like”, des questions d’autres employés.
L’envoi de la newsletter en utilisant un calendrier de publication.
La présentation d’événements à venir, avec des informations, des concours pour les employés, des liens sur des blogs, ce qui augmente le trafic.
Les groupes extra-professionnels, par exemple un groupe de coureurs qui publient l’agenda des courses et les résultats, qui permettent à tous les niveaux hiérarchiques de se mélanger autour d’une passion commune.
La présentation des nouveaux employés.

Il est certain qu’avec ce RSE, Givaudan a augmenté les interactions entre ses employés. Celles-ci sont nombreuses et de bonne qualité. L’information circule beaucoup plus vite que par le passé et apporte un côté social non négligeable. Je vous l’avais dit, un vrai carton!

Souvent les RSE mettent du temps à être mis en place dans les entreprises. En effet, certains préjugés restent bien ancrés dans les équipes de management tels que:

  • Le temps trop élevé passé par l’employé sur ce réseau
  • Une mauvaise communication
  • Les problèmes de confidentialité de ce nouveau réseau
  • L’utilité de manière générale
  • Le bouleversement de la hiérarchie

Le RSE reste cependant un outil incroyable! Celui-ci doit être simple d’utilisation, afin que toute personne connaissant déjà les réseaux sociaux n’ait aucune difficulté à se l’approprier. Il faut aussi que les équipes comprennent la démarche et soient formées à l’utilisation et aux bons usages de ce nouveau réseau (charte du RSE). Sa mise en place ne coûte pas plus cher qu’une refonte d’un intranet ou qu’un nouveau site Internet. Il pourrait même en surprendre plus d’un par son impact positif sur l’entreprise.  En général, une personne est  en charge du réseau pour y créer de l’activité et vérifier que celui-ci est utilisé à bon escient.
Une fois que tout est mis en place, laissez faire la magie.

reseaux-sociaux-prives-use

  • Le temps pour rechercher des informations sera nettement amélioré
  • La communication interne sera bien plus directe
  • Les équipes s’impliqueront pour défendre leurs idées, leurs projets
  • La créativité et l’innovation vont aussi y trouver une place de choix
  • Un gain de productivité (évalué entre 20-25%)

Bref vous l’avez compris, les RSE sont une véritable opportunité pour les entreprises. D’ailleurs, notre cher ami Facebook s’en est rendu compte et devrait sortir sa version Facebook at work avant la fin de l’année. Une version Freemium ( le client devra payer pour accéder à certaines fonctionnalités) et sans publicités qui ressemblera à s’y méprendre au Facebook connu. Celle-ci devrait faire un malheur dû à sa simplicité. La seule question à se poser: les entreprises sont-elles prêtes à lui faire confiance?

A lire aussi:
Les réseaux sociaux d’entreprise en 2015: où en est-on?
Facebook at Work fera un tabac parce qu’il ressemble à Facebook 

Réseau privé pour les festivaliers « People of Tomorrow »

Reseaux-sociaux-prives-TmlChaque été depuis 2005, le festival Tomorrowland donne rendez-vous aux amateurs de musique électronique à Boom, petite commune en Belgique. Développé par deux frères, Manu et Michiel Beers, et organisé par la société néerlandaise ID&T, ce festival est à ce jour l’un des plus grands festivals d’Europe. Pour poursuivre son développement, le festival s’est ensuite exporté aux Etats-Unis en 2013 et au Brésil en 2015.

Leur stratégie marketing uniquement basée sur les médias sociaux (Facebook, Twitter, Youtube, Instagram, Spotify) fait un carton. 8 millions de fans sur FB, presque 2 millions d’abonnés Twitter, 4.5 millions d’abonnés Youtube pour un total de 600 millions de vues !

Été 2015, je suis prête à découvrir ce festival ! Suite à l’achat de mon billet, je reçois par colis mon bracelet. On me vend du rêve avec ce bracelet, je n’ai pas été déçue. Je l’enregistre en ligne et mon bracelet devient mon billet d’entrée pour le festival, mon “pass” pour entrer dans ma zone d’hébergement, du cash pour payer (festival “Cashless”) et pour finir, on m’informe que je peux dès à présent me connecter sur leur réseau social privé « People of Tomorrow ».

Reseaux-sociaux-prives-bracelet

Je m’empresse de m’y connecter ! C’est un réseau social coloré, facile d’utilisation et “friendly”. J’y trouve les “news” postées par Tomorrowland, un onglet avec les commentaires et astuces des festivaliers, une boîte à messages pour communiquer avec mes amis, un onglet pour rechercher des amis (je peux chercher les personnes habitant près de chez moi, les personnes prenant le même vol que moi, les personnes dormant dans le même type d’hébergement que moi, par genre et par nationalité) et enfin un onglet ou je peux mettre mes photos visibles soit par tous, soit seulement par mes amis.
Et surtout j’apprends que sur mon bracelet, il y a une touche pour me connecter avec d’autres festivaliers. Le principe est simple, je mets mon bracelet à côté de celui du festivalier (heureux élu !), nous appuyons ensemble sur notre touche  Reseaux-sociaux-prives-coeur  3 secondes et nous voici liés sur le réseau “People of Tomorrow”.
Et pour avoir testé, cela fonctionne ! Magique !

Ce réseau n’étant disponible que depuis cet été, je n’ai malheureusement pas d’informations complémentaires quant à son succès. Ce n’est pas faute d’avoir écrit à tomorrowland pour en savoir davantage, mais mon mail est resté sans réponse.
Je peux en revanche vous confirmer que beaucoup de festivaliers ont créé un profil, j’ai d’ailleurs été contactée à plusieurs reprises pour des demandes d’amis par des gens que je ne connaissais absolument pas. La fonction pour se connecter au réseau avec le bracelet sur le terrain fonctionnait aussi très bien et les festivaliers ont posté de nombreux commentaires et astuces ainsi que des photos.

reseaux-sociaux-prives-tml1

A lire aussi:
Coachella, Tomorrowland, Bonnaroo & More: How top music festivals use social media

Nextdoor le site américain qui réseaute les voisins

Reseaux-sociaux-prives-NextdoorNextdoor est un réseau social gratuit américain créé en 2010. Celui-ci met en lien les voisins d’un quartier pour s’échanger des informations, prêter sa tondeuse, organiser des BBQ, trouver la personne qui s’est parquée à votre place, ou demander du sucre. 60.000 quartiers utilisent déjà cette application, pour un total de 5 millions de messages envoyés par jour. Pour l’instant, il est uniquement disponible aux Etats-Unis.

Reseau-sociaux-prives-usecase-nextdoorreseaux-sociaux-prives-nextdoor-lifeline

Pour commencer, il faut se créer un profil avec une adresse qui sera vérifiée pour prouver que vous habitez le quartier et votre vrai nom. Ensuite, vous avez accès à la communauté que compose vos voisins.  Vous pourrez alors poster tous vos bons plans, vos besoins, vos dates de manifestations. Ce réseau travaille aussi avec des organisations gouvernementale et envoie des alertes enlèvement, des alertes de crimes et des conseils en cas d’urgence.

L’idée est bonne, pour nous qui connaissons des gens à l’autre bout du monde mais qui sommes incapables de parler à nos voisins.  Qui ne rêve pas de trouver une baby-sitter libre pour la soirée en quelques clics, savoir que le plombier de Central Street arrive à tout réparer pour pas cher, que l’apéro de samedi aura lieu à 18h dans le parc (avec la carte de l’endroit s’il vous plaît!).
Je trouve l’idée de ce réseau vraiment sympa et je pense que s’il était disponible en Suisse, je le testerais. Lier des contacts humains avec ses voisins, savoir leurs noms, savoir que vous êtes tous inscrits dans cette communauté pour vous filer un coup de main, c’est plutôt un noble projet.
Seulement voilà, après tous ces points positifs, ce réseau est controversé. Certains de ses détracteurs l’accusent de multiplier la peur et le profilage racial. Une page Facebook “Boycott Nextdoor” à même été créée.
“Bien que Nextdoor ait pour vocation d’aider à combattre la criminalité dans les quartiers, l’application facilite également le profilage racial et plutôt que de rassembler les voisins, il devient un forum pour paranoïaques-racistes, l’équivalent de la Nosy Neighborhood Watch.” Pendarvis Harashaw
Il y a donc apparemment comme pour chaque réseau des bons et des mauvais côtés. À chacun de garder la tête froide et de trier correctement les informations reçues.

A lire aussi:
Nextdoor social network digs deep into neighborhoods
Nextdoor, the social network for neighbors, is becoming a home for racial profiling

Fin de notre tour d’horizon… Comme vous avez pu le remarquer, il existe plusieurs types de réseaux sociaux privés. Je n’allais pas tous vous les présenter, car il en existe une multitude: Notabli spécialement pour les photos, sons, dessins de vos enfants, Couple pour les amoureux, Edmodo pour les élèves et leurs professeurs, Yammer pour les RSE , pour les adultes, etc…
Facebook, Twitter, etc.. nous ont ouvert un nouveau monde, des nouveaux moyens de communiquer, de se lier. Mais peut-être qu’après des années à tout mélanger, nos amis, nos amours, nos passions, notre travail, nous ressentons actuellement le besoin de segmenter nos utilisations des réseaux. D’y retrouver nos passions sans qu’y soient mélangées les photos de nos amis. Peut-être avons-nous envie de nous sentir à notre place sans la pression d’une immense communauté qui, au final, ne nous intéresse qu’à moitié. Certaines personnes préfèrent se retrouver sur des petits réseaux pour la protection de leurs données. Les datas étant le pétrole du 21ème siècle, je reste assez méfiante sur ce point.

reseaux-sociaux-prives-new-oilAlors nouveau trend, oui effectivement, je pense que c’est une tendance à suivre. Nous avons besoin de conversations intéressantes et de qualité, de retrouver les gens avec qui nous avons des points communs. Il est clair que les réseaux “ouverts” ne seront sûrement pas désertés du jour au lendemain, le côté voyeur de l’humain n’est pas près de disparaître…

Mais si vous avez des idées de génie pour lancer votre réseau privé, allez-y! Et n’oubliez pas de m’envoyer un mail pour que j’aille le tester. Prêts?

Source:
Monsieur Xavier Ansiaux, Head of ECM & Social Collaboration Competence Centre, Givaudan
Nextdoor.com

17 réflexions sur “Réseaux sociaux privés, le nouveau trend ?

    • AnoukSchorderet dit :

      Cette équipe ils ont des idées à revendre… Ils sont très créatifs, surtout lors du festival. Tu peux même faire des câlins aux arbres auxquels ils ont tricoté des bras 😀

      J'aime

  1. narimanga dit :

    Bien Anouk ! Bon sujet, bon équilibre entre texte et graphiques. Les RS privés ont de l’avenir, les communautés se resserrent et se spécifient.. Tomoroland… j’ai failli.. mais plus tard, peut-être !

    J'aime

  2. Valérie Jacquat dit :

    Merci pour cet article Anouk, très intéressant. Le cas de Givaudan est excellent, mais malheureusement pas applicable à toutes les entreprises. J’adorerais en tester un! Et pour Tomorrowland pas une petite image de comment le réseau se présente?

    J'aime

  3. emiliegabella dit :

    Ah mais oui, les RSE en lisant le cas Givaudan j’ai tout de suite su de quoi tu parlais (cqf notre conversation)! On en avait un dans mon ancienne boîte « Chatter » mais comme tu le soulignes bien, pour que ça marcheles il est impératif que les employés 1) comprennent la démarche/ la raison pour laquelle leur employeur décide d’introduire ce RSE; 2) en quoi ce réseau va leur être utile par rapport à ce qu’ils ont déjà; 3) qu’on leur explique bien comment l’utiliser!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s