Blogosphère Romande : moins de présence masculine ?

blogs men or women 2015

Homme Femme et les blogs ?

Il existe énormément de statistiques au niveau de la planète concernant les médias sociaux, études de l’affinité des uns et des autres tant sur le média lui-même que le support utilisé.

J’ai accompagné et stimulé les ventes de la presse écrite romande et internationale (quotidiens et magazines) pendant plus de 10 ans, juste avant les premières secousses irréversibles du web.2.0 !

La tendance s’est inversée en faveur du web, avec de nouveaux supports et de nouvelles manières de communiquer, ainsi que l’émergence solide de nouveaux acteurs locaux et internationaux.

Je me suis intéressé à ces récents actrices et acteurs du blog !

Comment les choses s’organisent elles dans le monde digital ?  

Le blog féminin a-t-il le dessus comme l’a été la presse print féminine sur la presse masculine ?

Vers qui ou quoi le public se tourne-t-il en majorité ?

Pour cela je me suis adressé à 2 spécialistes locaux, passionnés, investis clairvoyants et heureusement critiques, sur le monde du blog ici et au-delà de nos frontières.

J’ai interviewé Vanessa Hambaryan jeune manager très active professionnellement sur les médias sociaux, et aux services des blogueurs et entreprises, principalement en Romandie.

INTERVIEW DE VANESSA

Vanessa Hambaryan

Vanessa Hambaryan

Vanessa aujourd’hui comment se dessine la blogosphère romande ?

La blogosphère romande est composée essentiellement de blogs féminins spécialisés dans la mode, la beauté, famille(maman) et le life style (cuisine, voyage, décoration). Il y a une petite poignée de blogueurs homme qui sont spécialisés dans la mode homme et le life style.

Je ne compte pas les blogs d’architecture, de marketing, de digital etc. qui sont soit liés à une entreprise soit à un média, et qui sont souvent masculins.

En termes de partenariat « marque/produit-Blogueurs » sommes-nous en avance ou au même niveau que nos voisins (France, Belgique) ?

Contrairement aux blogs français. Les blogs en Suisse n’ont pas la même notoriété et les mêmes partenariats avec les marques. En Suisse, nous sommes au balbutiement du processus. Certains blogs romands environ 10-15 sont régulièrement sollicités pour des tests produits, des événements, des collaborations diverses mais je n’en connais quasiment aucun qui arrive à en vivre complètement. 

Kayture fait figure d’exception dans ce domaine. Elle ne travaille qu’avec des marques prestigieuses ou love brands.

Sur cette planète ou dans notre quartier peut-on dire que les blogs sont plus un truc de femmes pour les femmes ?

En Suisse romande Les blogs mode, cuisine, beauté sont essentiellement féminins alors que les blogs masculins sont plus confidentiels car ils écrivent surtout dans des domaines plus techno ; nouvelles technologies, réseaux sociaux, marketing, finance, politique, voyages etc. Il existe également des blogueurs mode. Ils visent évidemment plus les hommes mais sont également suivis par des femmes.

Ce qui est établi, c’est qu’en moyenne, le/la blogueur se est une personne vivant en ville et âgé de moins de 30 ans et ayant un métier en parallèle de son blog

Peut-on dire que les hommes sont moins impliqués ?

Non les femmes parleront plus facilement de leurs expériences personnelles alors que les hommes seront plus intéressés à parler de sujets plus techniques et de donner leur avis. On imagine peut-être les blogueurs hommes comme des experts dans certains domaines alors que les femmes, plus comme des passionnées.

Est-ce le manque d’intérêt ou de courage du « mâle blogueur » qui fait qu’ils soient moins actifs et suivis ?

Ce n’est pas une question de courage. Je pense que certains utiliseront leur blog pour compléter leur expertise et se faire connaître dans un domaine.

Par exemple combien de jeune père décide de faire un blog « papa » ? Je n’en connais aucun, à contrario, on constate que plus en plus de jeunes mères en congé maternité, décidant de créer un blog pour partager leur expérience de maman.

Au niveau de la presse comment expliquer la rencontre et l’alliance de titres et de blogueurs ?

Si certains journalistes estiment que les blogueurs sont des « imposteurs », certains se sont pris au jeu et sont eux-mêmes devenus blogueurs.

Certains, dans le cadre de leur travail (sur les sites des médias), d’autre à titre privé.

La liberté d’expression sans ligne éditoriale imposée est certainement l’atout indéniable pour eux mais aussi la possibilité d’écrire sur des thématiques qu’ils choisissent.

Quasi tous les médias possèdent un blog sur leur site. Pourquoi ?

Essentiellement pour être mieux référencé sur les moteurs de recherche et avoir un blog est une tendance qu’on ne peut plus ignorer.

Il n’en reste pas moins, qu’à mon sens, un blog d’entreprise ne vaut pas un blog privé car les objectifs sont différents.

Certaines entreprises font appel à vous afin de lier blogging et entreprises, quels sont les objectifs et retombées pour l’un comme pour l’autre ? 

Oui en effet. Certains de mes clients recherchent par exemple des ambassadeurs pour leur produit.

La majorité de mes clients sont dans les domaines du life style (mode/accessoires, coiffure) mais j’ai également des clients dans des domaines tels que la technologie ou l’immobilier. J’intègre les blogs dans le processus « média ».

blogeurwebzinerjournalistes et les médias

blogeurwebzinerjournalistes et les médias

Blogueurs, journalistes = Tous égaux ?

Pour qu’un journaliste diffuse le message, il devra correspondre à la ligne éditoriale, ne pas avoir été traité récemment par d’autres médias par exemple. Alors qu’un blogueur, pourrait demander une contrepartie (visibilité, argent…) ou refuser s’il estime que sa communauté pourrait ne pas apprécier la thématique.

Et en terme d’investissement ?

Les blogs sont des relais « gratuits ou peu chers versus la pub traditionnelle » ou le moyen de toucher un public plus jeune et connecté.Les réseaux sociaux n’ont plus de secret pour les blogueurs qui les utilisent constamment et maîtrisent les codes de chaque plate forme, ce qui n’est pas forcément le cas des médias.

Y a-t-il des règles du jeu établi entre les 2 parties ?

De mon point de vue, il y a certains principes de base à respecter. Les blogs ne sont pas là pour faire de la pub gratuitement, il faut choisir de collaborer avec des blogueurs qui correspondent au positionnement de l’entreprise/marque.

La notoriété du blogueur ne doit pas être l’unique argument pour la sélection. Le qualitatif reste un élément déterminant et plus pertinent; mieux vaut toucher moins de monde mais un public mieux ciblé et donc beaucoup plus susceptible d’être intéressé par le message.

Une collaboration doit être une relation de Win /Win et surtout, il faut que les entreprises comprennent qu’un jour ou l’autre, elles devront payer pour diffuser leur message.

Certains blogs ont de grandes communautés et en sont conscients. Une vraie opportunité de monétiser leur collaboration.

À la fin le résultat est plutôt positif pour les entreprises ?

Je constate que les blogs offrent clairement de très bonnes possibilités aux entreprises et les expériences ont été jusqu’à présentes très satisfaisantes pour mes clients.

Comment en travaillant pour la presse, en êtes-vous venu à vous intéresser et vous frotter aux blogueurs ?

A titre personnel, je m’intéresse depuis plusieurs années aux blogs, essentiellement français, US, UK et suédois. J’ai longuement analysé les blogs ainsi que leur communauté et comment ils collaborent avec les marques.

J’ai commencé à faire des recherches pour voir s’il existait des blogs de mode, beauté, life style en Suisse romande et le premier que j’ai découvert était « Kayture » J’ai été frappé par la qualité du blog. L’aventure blog a démarré à ce moment-là.

Au fur et à mesure de mes recherches, j’ai recensé et ai aujourd’hui un fichier de plus de 150 blogs helvétiques.

male-and-female-relationship-sign

blogueuses ou blogueurs ?

merci


Suite à l’émergence de ces récents acteurs, quel est la réaction du public ? 

Voici quelques citations qui illustrent bien la rupture entre la presse print et le blog !

Diane « J’ai pris mes distances avec la presse féminine. Je trouve qu’aucun magazine ne me correspond et qu’en fin de compte, ce n’est que du placement de produit »

Valérie « Je pense que les femmes préfèrent les blogs féminins aux magazines car les blogueuses sont a priori indépendantes, quand elles donnent leur avis sur un produit elles sont franches mais ça aussi, ça tend à disparaître et c’est bien dommage »

Ceci a amené certaines maisons d’édition à rapidement se positionner et ont développé de véritables « couteaux suisse » reprenant la recette du blogging.

Passer en revue aufeminin.com !Le site appartient au très puissant Axel Springer (Editeur allemand), …..quelques ingénieurs, journalistes, blogueurs et une palette de rubriques correspondant tout simplement à la demande. Je vous le confirme …ça fonctionne !

Avant de nous quitter j’ai eu l’opportunité de passer une heure avec Jorge-S.B.-Guerreiro qui s’exprime sur comment cette profession bouge et vers quelles tendances nous nous dirigeons. 

INTERVIEW DE JORGE

Blogueur, webziner, influenceurs

Jorge-S.B.-Guerreiro

Jorge alias JSBG merci de vous présenter 

A 42 ans j’ai déjà eu plusieurs vies et de belles expériences professionnelles dans la musique et la gestion d’entreprises. J’ai toujours aimé écrire,c’est pourquoi je suis aujourd’hui devenu blogueur et journaliste, bien que n’ayant pas de formation en la matière.

Aujourd’hui depuis 2010, avec le succès de mon blogue JSBG, je suis régulièrement accompagné par 15 intervenants, et nous touchons plusieurs millions de lecteurs principalement en francophonie, Suisse, Belgique, France, Québec, Maghreb.

Vous êtes actif au sein de la presse print et web, comment les choses se sont-elles déroulées ?

Depuis juin 2010, la presse traditionnelle s’est vite intéressée à mon travail, et je suis heureux de pouvoir collaborer maintenant régulièrement avec certains titres de presse comme Bilan, Bilan Luxe, The Watches Magazine en Suisse, Wad magazine en France.

Pensez-vous qu’il existe un schisme entre le volume/sujet de blogs hommes femmes ?

Au niveau des blogs, il n’y a pas de cadre « féminin, masculin » mon blog est lu autant par l’un que par l’autre, c’est la curiosité et le sujet traité qui fait la différence.

Actuellement en Suisse romande, comme pour le reste de la planète, vous avez effectivement quelques jeunes femmes qui traitent véritablement de Fashion-blogs, en mettant en scène leur vie ou activités ainsi que certains tutoriels liés à l’habillement et ou maquillage. Kayture qui est de chez nous, fait fort, elle vient d’être élue ambassadrice auprès de l’Oréal, c’est un exemple en la matière.

Il y a en Suisse romande des blogueurs ou vlogueurs masculins très investis dans les domaines du digital, web, finances, gamers, ils sont peut-être moins visibles que les fashion-blogs, mais existent bel et bien et sont suivis et appréciés par leurs followers. 

A propos, comme pour la presse traditionnelle, les blogs traitent de toutes sortes de sujets, pointus ou généralistes, visant ainsi un lectorat spécifique ou large. En fonction du thème, la fourchette des âges, classes sociales et sexes en est bien entendu influencée.

Blogueur, webziner, influenceurs ?

Aujourd’hui le mot blogueur véhicule une image qui peut déjà être perçue comme déplacée. On parle désormais d’influencer ou KOL (pour Key opinions leader), qui s’expriment en parallèle sur les blogs, la presse, les réseaux sociaux, à travers des partenariats avec des marques, ou sous toute autre forme de support.

Certains ont par exemple des centaines de milliers voir des millions de followers sur Instagram. Leur influence est colossale et fortement virale et bien moins onéreuse qu’une page de pub dans un magazine ! Les marques y sont attentives et se mettent à investir sur cette façon de faire, les pays qui nous entourent et l’Asie sont déjà très en avance avec cette approche par rapport à la Suisse.

merci


Avant de conclure peut-on dire que la flexibilité, et la rapidité d’intervention des blogueurs, sont le nerf de la guerre ? 

Derrière un blog il y a une personne qui se gère seule. La presse ne peut pas s’articuler complètement comme un blog : un magazine se fait en amont, avec une planification bien moins malléable ; pour une rédaction il y a une équipe à gérer, comme toute entreprise. Le magazine met en avant des informations, le blog met en avant une personne ou du moins sa vision personnelle.

Alors y a t il moins de présence masculine?

Non ce n’est pas le volume qui compte , mais bien le sujet qui correspond aux cibles féminines  comme  masculines.

A l’époque la vente en kiosque de presse print était de 70 % de presse féminine, 25% de presse masculine et 5% de divers.

J’ai la forte conviction que oui le support ainsi que le mode de consommation ont certes changé, que les « blogeurwebzinerjournalistes » sont plus pointus dans leur domaine « c’est une obligation ou ils disparaissent », car la réaction et l’interaction, la viralité sont immédiates, mais la pondération des sujets animés par des femmes pour les femmes, et de même de l’homme pour les hommes est toujours fortement ancrée comme l’a été (et l’ai encore) la presse écrite.

Ce que je retiens c’est que tout va très vite, l’opposé est capable de s’allier et de sérieusement se professionnaliser, tout se récupère s’adapte et se rentabilise,cependant comme en presse print les sujets ou intérêts sont plutôt compartimentésbref du déjà vu n’est-ce pas ?