Faut-il interdire les Réseaux Sociaux?

La FouineLe rappeur français La Fouine s’est prononcé en faveur d’une interdiction totale des Réseaux Sociaux pour les enfants. Le 5 mars 2016, sur le plateau d’«On n’est pas couché», l’émission de Laurent Ruquier sur France 2, l’artiste a encouragé les parents à interdire à leurs enfants l’utilisation des Réseaux Sociaux. Réactions croisées de Vincent Maitre, avocat spécialiste des nouvelles technologies et de Patrick Netuschill, enseignant de droit au Collège de Genève. L’un comme l’autre sont opposés à une interdiction qu’ils jugent inapplicable, et misent sur l’éducation et la prévention comme remède aux maux du web 2.0

Le rôle des parents: l’éducation

Pour Patrick Netuschill, enseignant de droit et doyen au Collège de Genève, l’interdiction des Réseaux Sociaux pour les enfants est une mauvaise idée, car «on ne résout jamais les problèmes en interdisant.» Pour lui, il s’agit avant tout d’une question d’éducation: «Les parents éduquent leurs gamins. C’est à eux de les surveiller, c’est à eux de faire attention, mais l’interdiction absolue, c’est juste impensable.» L’enseignant genevois souligne particulièrement le rôle des parents: «C’est aux parents de connaître le développement de leurs gamins, de savoir ce qu’il est possible de faire, de les accompagner ou pas. C’est à eux de décider comment ils élèvent leurs enfants. Les limites de l’éducation sont données par des règles très générales, comme la maltraitance, et ce genre des choses. On ne peut pas faire un cahier des charges des parents.»

Web 2.0: déconnexion impossible

Photo Vincent Maitre

Vincent Maitre, avocat spécialiste des nouvelles technologies

Vincent Maitre, avocat spécialiste des nouvelles technologies, est également opposé à une telle interdiction. Pour lui, c’est clairement du domaine de l’impossible: «Aujourd’hui, on ne peut pas lutter contre l’expansion des Réseaux Sociaux et des phénomènes des nouvelles technologies qui touchent les jeunes. On peut interdire ce que l’on veut, mais à partir d’un certain âge, il devient impossible de contrôler totalement l’activité des jeunes sur Internet.» Pour l’avocat genevois, la simplification des moyens de connexion au Net est telle qu’une interdiction n’aurait quasiment aucun sens: «Nous avons tous accès à des téléphones portables, qui eux-mêmes peuvent donner libre-accès aux Réseaux Sociaux. Cela me paraît un peu utopique de vouloir contrôler totalement ce marché-là. On peut interdire, mais cela n’aura que peu d’efficacité.»

Interdire les Réseaux Sociaux, une mesure inapplicable

Patrick Netuschill s’interroge, lui aussi, sur l’efficacité de la mise en application d’une telle mesure: «Comment fait-on pour savoir qui a la main sur une souris d’ordinateur? A qui sont les doigts qui pianotent sur une tablette? C’est impossible à mettre en place, et c’est totalement inutile.» Le professeur de droit va même plus loin en établissant un parallèle avec les dangers de la route: «Il faut vivre avec les dangers. Lorsque la circulation routière est arrivée, a-t-on empêché les voitures de circuler sous prétexte que les enfants pouvaient être renversés? Non. On a fait l’éducation routière: Quand vous étiez petits, il y a des flics qui sont venus dans les écoles pour vous apprendre à traverser la route.»

L’aspect juridique d’une interdiction des Médias Sociaux

Abordons maintenant la question sous l’angle juridique. L’interdiction des Réseaux Sociaux aux enfants pourrait-elle tenir la route juridiquement parlant? Patrick Netuschill n’y voit pas d’obstacles du point de vue du droit.

En ce qui concerne Vincent Maitre, il nous confie «qu’une telle restriction serait possible techniquement, mais que cela serait juridiquement et démocratiquement l’une des pires idées. A moins que l’on décide de faire de la Suisse un régime dictatorial, comme une Corée du Nord bis ou une Chine bis, où on sait que les gens ont un accès très limité à ce genre de services que sont les Réseaux Sociaux.» Pour l’avocat spécialiste des nouvelles technologies, une interdiction des Réseaux Sociaux ne serait peut-être pas, en tant que tel, une atteinte à un droit fondamental mais il s’agirait en tout cas d’«une restriction à une liberté, à un moyen d’interagir entre les populations qui est largement admise dans nos contrées occidentales et qu’il serait de particulièrement mauvais ton de restreindre.»

Réseaux Sociaux: des dangers certes, mais des opportunités aussi

Pour Vincent Maitre, une des caractéristiques majeures des Médias Sociaux est l’effet boule de neige. C’est ce qu’il appelle le phénomène de propagation: «La difficulté de réglementer et de légiférer est d’autant plus importante que tout peut potentiellement prendre une ampleur absolument incontrôlée et incontrôlable.» Certes, l’avocat constate que des comportements inadéquats peuvent avoir lieu sur les Réseaux Sociaux, mais il nuance avec des aspects plus positifs. Selon lui, il y a de tout sur le Net. Du bon comme du moins bon: «Il y a des cas dramatiques, tels que des suicides d’adolescents qui se sont sentis à tel point harcelés, humiliés et exhibés, quasiment aux yeux de la terre entière, que la vie leur est devenue trop insupportable. A l’inverse, il y a des choses absolument magnifiques. Des histoires superbes qui touchent à la solidarité entre personnes. On a tous vu ces vidéos qui sont des symboles de courage. Des personnes touchées par des handicaps lourds, et qui, grâce aux Réseaux Sociaux, ont réussi à porter la connaissance de leur cause aux yeux de tous, et ainsi à dé-diaboliser leur situation. Il y a de belles histoires presque quotidiennement.»

De plus en plus d’élèves dérivent sur Internet

Selon Patrick Netuschill, qui est, non seulement enseignant, mais aussi doyen au Collège de Genève, de plus en plus d’élèves sont concernés par des dérives liées aux Réseaux Sociaux: «Ce sont des cas tout à fait classiques de mésententes entre des élèves qui dégénèrent sur Internet. Cela dure quelques semaines, ou quelques jours, avec des injures, avec des menaces. Ce sont des choses qui arrivent.» Le doyen nous explique qu’il n’est pas possible de résoudre les situations de conflit en tant que tel: «La première chose que l’on dit, c’est qu’Internet n’est pas un territoire scolaire. Par conséquent, on ne peut pas empêcher juridiquement les élèves d’intervenir sur Internet. Mais par contre, si cela a des conséquences sur l’atmosphère de l’école, alors on prend des mesures.»

Le rôle de l’école: la prévention 

Portrait de Patrick Netuschill

Portrait au crayon de Patrick Netuschill, enseignant de droit et doyen au Collège de Genève

Outre le rôle que les parents jouent dans l’éducation de leurs enfants. L’école a elle aussi un rôle important à jouer, notamment lorsque des dérives sont constatées. Patrick Netuschill nous explique comment l’école intervient en cas de dérapage: «Ce sont les débordements qui sont visibles et sur lesquels on peut avoir une certaine maîtrise. Ce sont ces débordements que l’on peut punir, pas les actes en eux-mêmes. Cela fait des années qu’en classe, deux élèves ont la possibilité de s’injurier oralement. Si cela tourne mal, on renvoie les deux, pendant trois jours. Dans ce genre de cas, c’est la même chose. On ne reste pas sans rien faire. On explique aux élèves que cela ne se fait pas. On propose une médiation. On exige d’eux que cela s’arrête. En général, cela porte ses fruits.» Pour ce doyen de collège, l’information et l’éducation sont les clés du succès. Là-aussi, l’école joue pleinement son rôle: «Nous avons projeté aux élèves des films sur le sujet. Ils ont également assisté à un spectacle de théâtre. Informer et éduquer, c’est la première chose. Et puis ensuite, il faut effectivement être rigoureux sur les débordements. C’est toujours la même chose: ce n’est pas le tout-répressif ou le tout-préventif. Il faut faire les deux.»

Facebook = place publique

Information et prévention sont également primordiaux selon Maître Maitre: «Les moyens techniques me paraissent faillibles et peu recommandés parce qu’ils s’assimilent très vite à des restrictions, à des privations, à de la contrainte. Je crois que l’essentiel passe par l’information et la prévention. Il faut rappeler aux gens que les propos tenus sur les Réseaux Sociaux sont publics, qu’ils sont accessibles potentiellement à la terre entière. On ne dit pas sur Facebook, ce que l’on se permettrait pas de dire dans une cour de récréation ou dans un café du commerce. Aujourd’hui, les gens disent tout et n’importe quoi, parce qu’ils se sentent protégés derrière leur ordinateur. Mais il ne faut pas oublier que des écrits peuvent avoir des conséquences et des répercussions. Sur Internet, il faut toujours réfléchir à deux fois, parce que tout ce que l’on dit, devient tout de suite public.»

Photo de Vincent Maitre - Avocat spécialiste des nouvelles technologies

Photos de couverture et de profil de Vincent Maitre, avocat spécialiste des nouvelles technologies

Interdire ou faire le Buzz? Il faudrait savoir!

A propos du rappeur français, Vincent Maitre n’hésite d’ailleurs pas à relever une certaine contradiction chez La Fouine. Bien que l’artiste prône une interdiction des Réseaux Sociaux, il a lui-aussi été impliqué dans des Buzz sur le Net: «notamment des différends avec des concurrents du milieu du rap. Il répondait, de façon très violente et virulente, à des attaques de ses détracteurs dans des vidéos qui se retrouvaient sur Youtube et faisaient des centaines ou des millions de vues en quelques heures ou quelques semaines seulement. Donc, lui-même est un consommateur et un utilisateur professionnel de ces Réseaux Sociaux.»

Le Réseau Social est un couteau

Les Médias Sociaux, c’est un peu comme un couteau. Une lame peut servir à cuisiner, mais aussi à commettre un crime. Ce n’est pas en interdisant les couteaux que l’on va lutter contre le crime. Les couteaux, comme les Réseaux Sociaux sont simplement des outils. On ne peut pas pénaliser tout le monde, pour le comportement déviant de certains.

L’extrait de La Fouine chez Ruquier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s