Tinder, le supermarché de l’amour

Aaaah Tinder, cette appli où tout se joue en une fraction de seconde.
Plus la peine de vous présenter son concept, tant il a bouleversé l’univers de la drague ces dernières années. Elle est devenue le symbole d’un amour moderne.

Nombreux articles, comme cette enquête publiée sur Vanity fair, pour ne vous donner qu’un exemple, continuent d’analyser et de débattrent sur les effets néfastes de la rencontre en ligne. Alors Tinder a-t-il réellement tué l’amour ?

Je préfère vous prévenir et peut-être vous surprendre, je n’y ai jamais chercher l’amour. Je vais plutôt vous révéler ici, comment j’ai triomphé sur Tinder en m’éloignant de sa réelle utilisation. Décryptage

 

Bienvenue à Tinderland

giphy8

Tinder a pris une certaine ampleur ces dernières années et c’est tout de même plus de 50’000 000 utilisateurs dans le monde entier, dont 10 000 000 actifs tous les jours. Si vous avez encore envie d’avoir peur, je ne peux que vous diriger sur ce site concernant les statistiques, vous y apprendrez quand même que seulement 54% sont célibataires.

La première étape, qui consiste à créer son profil, est très rapide et ludique. C’est différent des sites de rencontres habituels, qui nécessitent souvent de répondre à de nombreuses questions avant d’avoir accès à l’outil de recherche. Sur Tinder, pas vraiment d’intermédiaire, c’est une publicité de vous-même que vous réalisez, en mettant en avant vos meilleurs portraits. Attention, le choix de vos images est critique, car elles doivent refléter aux mieux votre personnalité.

Tout l’enjeu est là et dès mon inscription,  je n’ai pas pu m’empêcher de faire le rapprochement avec la consommation. Tinder est conçu comme un site e-commerce.
On fait défiler à droite ou à gauche les profils de partenaire potentiel, un peu comme si vous recherchiez une nouvelle chaîne hi-fi ou un canapé. Il y a clairement une marchandisation du corps, où seul notre image et notre apparence sont critères de sélection.

Les premiers jours, je passais beaucoup de temps sur chacun des profils, j’analysais avec parcimonie toutes les photos avant de faire un choix. J’ai eu rapidement besoin de poser des critères d’éliminations, tant le choix était infini. Je swipais très vite au moindre petit détail qui me déplaisait. Si une photo était mal choisie, sous-exposée ou mal cadrée, je zappais directement.

Lorsque vous êtes sur l’application, vous êtes continuellement bombardé de nouvelles personnes, de nouveaux visages, une multiplication de gens similaire à des produits, jusqu’à une saturation, qui vous fait perdre un peu la tête. Il y a cette notion d’infinité, qui vous détache de la réalité, après plusieurs semaines à matcher, je me trouvais face un sentiment de culpabilité de traiter les profils comme du bétail. J’avais réellement l’impression de me trouver entre deux rayons de supermarché. Pour moi Tinder avait réussi à faire de la romance une consommation.

giphy-1

« Les jeunes consomment l’application de la même manière qu’ils mangent dans un fast-food : de manière compulsive. »

Jean-Noël Chaintreuil, consultant en ressources humaines.

 

Son pouvoir addictif

IMG_1596

Tu peux très vite être sollicité de manière quasi-permanente  sur l’application, si tu collectionnes les relations. Matcher devient très vite un passe-temps addictif qu’on pourrait associer à un lèche-vitrine géant de profils. Tinder devient un jeu et tu n’as même plus besoin d’être à la recherche d’une rencontre amoureuse pour y jouer.

Son inventeur, Sean Rad, a d’ailleurs expliqué que « Tinder n’avait pas de point final ni de but. Il est ce que vous voulez qu’il soit. Pour gagner à Tinder, il faut rester insouciant, garder le plus de possibilités ouvertes. »

 

A droite, voici le compte du fondateur de Tinder, que j’ai croisé par hasard (ou pas) lorsque je me trouvais à Los Angeles.

giphy-1

 

 

Alors comment gagne-t-on à Tinder ?

Son interface est pensée comme un site de vente en ligne et méticuleusement soignée pour vous rendre dépendant. La raison de son succès est qu’elle est basée sur cette technique de marketing qu’on appelle la « gamification« , ludification en français, qui est en rapport aux jeux vidéos. Tout y est;

  • Le système de points, ou plutôt ici le nombre de matchs
  • La récompense, le match en gage de gratification
  • Le challenge, celui qu’on pourrait lier à la rencontre
  • Le jeu, bien entendu. l’esprit ludique de swiper à droite à gauche.Capture d’écran 2016-05-23 à 18.41.56

giphy-7

Par son divertissement, l’application possède un très fort pouvoir addictif, qui demande d’interagir très rapidement avec elle. Elle nous invite à cliquer sans arrêt pour obtenir une réaction et un échange de matchs. Nous jouons à savoir qui nous plaît et à qui l’on va plaire. Comme l’explique ces deux chercheuses, Tinder à le pouvoir de détacher le numérique et le physique, mais les fusionnent en même temps.

“Gagner à Tinder consiste à maîtriser les affordances de l’application, ses mécaniques de jeu, les « tampons dissociatifs » qui font qu’il est possible de jouer. Vous devez considérer les autres personnes sur Tinder – et vous-même – comme des avatars.” , 2015

On peut y faire plein de rencontre mais ne jamais trouver ce que nous somme venu chercher au départ. La rencontre en soi n’est même plus un but final, parlons-en.

 

La non-rencontre

Tinder a la capacité de nous faire évoluer sur plusieurs niveaux à la fois. On peut parler à tout le monde et à personne en même temps. Au fond les utilisateurs ne cherchent plus à faire des rencontres réelles mais ils jouent à rencontrer.

Le prétexte est de draguer, mais le vrai plaisir nait du processus que procure la connexion occasionnelle, vous permettant d’avoir une conversation avec un inconnu que vous ne rencontrerez peut-être jamais.

Étonnamment alors qu’internet nous connecte, là il nous montre qu’il peut également nous séparer. On se retrouve tous en même temps, mais pas au même endroit. Il y a une confusion entre la proximité du virtuel et la distance physique. La vie réelle s’est aseptisée et les vraies rencontres affaiblies, ou peut-être pas. Je vous l’explique un peu plus tard.

giphy-6

Tu fais quoi sur Tinder ?

Après plusieurs années à matcher, dans des contextes complètement différents, j’ai réussi à atteindre plus de 1000 matchs, venant des 4 coins du monde. Voici certaines méthodes d’utilisation que j’ai pu oberver au fil du temps.

La chasse

Il y a la position du chasseur, l’attrait propre du match. Le chasseur-pêcheur comme j’aime bien les définir, n’utilise pas l’application dans un but de rencontre mais plutôt comme une collection d’affinités, qu’on pourrait assimiler à des trophées. Tinder avec son pouvoir distractif, mécanise ce processus de jeu et la recherche devient complètement évasive. Ce plaisir d’acquérir de nouvelles relations nous rend désinvoltes en nous permettant d’entreprendre simultanément plusieurs conquêtes à la fois. Mais bon, il fallait s’y attendre, en acceptant d’être à Tinderland, on y connaît les règles, au placard la jalousie.

Le shopping

La partie fun, ou la gamification de l’application. Celle qui nous rend dépendant, souvent euphorique et qui ressemble étrangement à de l’achat compulsif. Je vous en ai parlé tout à l’heure, des profils comme étant très proches d’une publicité de sois, mais il y a également une toute autre forme de marché qui s’est développé. Il est possible d’y chercher tout de sorte de produits illicites. Les dealers mettent un cliché de stupéfiants en guise d’avatar et une vague description du produit qu’ils vendent. Tu peux payer par carte de crédit ou par Bitcoins, et la livraison se fait en main propre généralement.

L’usage collectif

L’application peut devenir très amusante lorsque tu commences à comparer tes matchs avec celle de tes amis. Il y a encore une autre expérience à vivre si vous avez envie de rigoler, c’est de voler discrètement le téléphone d’un copain et swiper les profils sur la droite pendant 30 minutes. Rire assuré en fin de soirée.

La Téléportation

Tinder PLUS, l’option premium de Tinder, (3CHF par mois), qui permet de se délocaliser et atterrir où l’on veut partout sur la planète. Il suffit simplement d’insérer le nom de la ville et tu peux zapper à New York, Rio, Dubaï et dans les coins les plus reculés du monde. Pas cher le billet d’avion.

La rencontre

Le concept même de l’application. Personnellement,  je ne me suis jamais inscrite en me disant que j’allais rencontrer l’amour de ma vie. Je voyageais dans un autre continent lorsque je l’ai utilisé pour la première fois. Je voulais tester cette nouvelle application dont encore très peu de gens osait s’inscrire en Europe. Mon but était principalement de me faire des contacts sur place. A partir de là, j’ai commencé à comprendre qu’il était possible d’utiliser Tinder dans une toute autre manière.

 

giphy-3

Comment j’ai détourné Tinder

J’ai toujours été très obsédée par l’image, de par mon métier de photographe.
J’ai accumulé au fil du temps, toute une collection de profils que je screenais secrètement. Je les regroupais soigneusement par lieux géographiques que je visitais ou par catégories d’individus. Je suis un peu folle me direz-vous, mais je voulais comprendre parallèlement l’algorithme qu’utilisait tinder pour lier deux personnes entre-elle. Et pourquoi, par conséquent, m’arrivait-il de tomber autant de fois dans une journée, sur des profils de personnes qui posaient à côté de tigres ? Un super article à d’ailleurs été publié à ce propos et une vidéo à été réalisée. C’était aussi une façon pour moi de garder un souvenir original de mes déplacements.

Voici un best of de ma collection personnelle

tigre

 

Souvenir du Colorado, juillet 2014

1

 

Une année plus tard, en débarquant en Californie pour une plus longue période, j’ai pu rapidement trouver un logement grâce à mes contacts Tinder. Croyez-moi, trouver une chambre à San Francisco n’est pas une mince affaire. Je connais des amis qui ont galéré plusieurs mois, de motel en motel avant de trouver une collocation.
Dans mon cas, Tinder a été bien meilleur que Craigslist et bien moins cher qu’AIRBNB.

J’ai toujours pu découvrir les villes que je visitais autrement qu’avec un guide du routard à la main. Immersion assurée 100% local, il n’y a rien de mieux pour t’adapter à une culture, qu’en y rencontrant ses habitants. De plus, j’ai pu me faire inviter à des événements dans lesquels je n’aurais probablement jamais mis les pieds sans l’existence de cette application. J’ai également réussi à accoster et rencontrer certaines célébrités. Les famous people peuvent obtenir un petit logo bleu sur leur profil, comme sur Twitter, qui certifie leur authenticité.

En mode casting et toujours à l’affut de nouveaux models pour mes photographies, Tinder m’a permis encore une fois de repérer de nouveaux visages pour mes images. Mais ce n’est pas tout, quelques mois plus tard, j’ai réussi à me faire pistonner pour du travail. Il existerait même aujourd’hui, une application dédiée appelé « jobrapp » basé sur le même concept.

Guide touristique, agence immobilère, cours linguistique, casting, networking professionnel et Hollywood à porté de doigts. On est loin de la rencontre amoureuse.

Alors oui, à la Sillicon Valley, tout va certainement bien plus vite qu’ici, et les americains sont les rois de la rencontre et du contact. Néanmoins, il s’agit tout de même d’un outil extrêmement puissant pour sociabiliser.

Pour toutes ces raisons, il apparaît que Tinder n’est pas devenu une perte de temps pour moi, mais s’est très vite transformé en un générateur de contact et d’opportunité. C’est ce qui m’a permis d’ailleurs de rester plus longtemps que prévu sur l’application.
Pour revenir à mon objectif de départ, qui était les contacts, le but était atteint à 100%.

Alors l’application est-elle indispensable de nos jours à la conquête amoureuse ? Certainement pas pour moi. Je n’ai d’ailleurs pas trouvé mon compagnon à Tinderland.
Ce qu’il faut retenir c’est que c’est surtout un accélérateur de possibilité, on peut vite triompher sur Tinder, à condition de ne pas trop se prendre au sérieux.

 

BONUS

Le principe de Tinder a depuis été copié par de nombreuses applications, au-delà de la rencontre amoureuse. Voici en bonus pour vous, une apps qui va vous permettre de choisir un film comme si vous étiez sur Tinder. En manque d’inspiration ? Fini les recherches interminables sur Netflix. Je vous conseille  MightyTV

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s