Le livre au pays des réseaux sociaux

from-the-1

Le livre est mort !  A l’arrivée des nouvelles technologies, on a vite fait d’annoncer que le numérique tuerait le livre. Et pourtant sur les réseaux sociaux, les lecteurs le célèbrent de mille façons donnant un nouveau souffle au monde littéraire. Preuve en est l’arrivée  d’une star de Youtube à la tête de la programmation d’un espace au dernier Salon du Livre de Genève. Comment l’engagement du lecteur a ouvert une nouvelle fenêtre au livre et bousculé les institutions professionnelles ?  Des booktubeuses aux esthètes, en passant par les bibliothèques dématérialisées, voici une analyse des salons de lecture 2.0.

Les lecteurs font des vidéos

Les livres désormais, c’est sur Youtube qu’on en parle avec des prescriptrices d’un nouveau genre, les Booktubeuses. Moins connues que leurs homologues humoristes ou spécialistes beauté et mode, il s’agit là d’un véritable phénomène, anglo-saxon d’abord et depuis 3 ans francophone.  Leur concept : parler de leurs coups de cœur littéraires et du plaisir de la lecture face caméra. Aujourd’hui, l’une des plus célèbres d’entre elles, la romande Margaud Liseuse, rassemble plus de 38’000 abonnés  et atteint plus de 3 millions de vues. Rien, comparé à la star des Booktubeuses américaines, Poland Bananas Books, avec  320 000 abonnés et 41 millions de vues !

Mais qui sont ces booktubeuses ? En quelques mots: essentiellement des femmes, entre 18 et 25 ans, ciblant plutôt la littérature Young Adult / Fantasy (pensez Twilight, Hunger Games, etc.). Et là, réside une grande part de leur succès ! Elles parlent majoritairement d’une littérature populaire souvent ignorée par la critique. Prescriptrices, elles dévoilent à leurs fans, avis et impressions selon leurs goûts et envies du moment. Suivant la logique de l’émotionnel et de l’instantané plutôt que le calendrier des nouveautés littéraires, elles bousculent les temps établis par le monde de l’édition.

Les Bootubeuses utilisent également un jargon tiré de la blogosphère qui leur permet de créer une mise en scène autour de l’objet livre et d’interagir entre elles ou avec leurs abonnés.  La pratique de lecture devient ainsi visuelle, interactive et sociale. Dans les diverses vidéos, il est ainsi question de :

  • PAL = pile à lire
  • Wish list = liste d’envie de lectures
  • Swap = échange de colis entre internautes
  • Bookhaul = butin de livres
  • Unboxing = déballage du contenu d’un colis envoyé par une autre booktubeuse ou par une maison d’édition
  • Update lecture = bilan des livres lus
  • Tag = questionnaire autour d’une thématique entre booktubeurs
  • Booktube-a-thon= marathon de livres à lire sur une période donnée

Tout cela tisse un fort lien d’échange avec leur communauté, à en voir les nombreux commentaires sur Youtube qui se poursuivent idéalement par la lecture du livre. On est véritablement dans une relation d’échange et de confiance qui rappelle la relation physique avec le libraire: « Je leur donne envie de lire, mais eux aussi », commentait Margaud Liseuse.

Le monde de l’édition a vite flairé le filon d’abord avec les blogueurs, en leur envoyant des colis de livres pour une chronique écrite et maintenant avec ces Youtubeuses en les intégrant dans leur stratégie de communcation, comme Margaud Liseuse en mai 2016 au Salon du Livre de Genève. Ont–elles réellement une influence sur les achats de leur communauté ? Difficile à dire, mais en tous cas l’intention dans les commentaires y est !

Retrouvez une liste de chaînes francophones dédiées aux livres, avec de nouvelles figures qui ont réussi à élargir les genres et mêler en plus humour (Miss Book) ou analyse littéraire (JP Depotte).

L’objet esthétique

Les réseaux sociaux de l’image ne sont pas en reste. Sur Instagram, on compte plus de 6 millions de publications sous le hashtag #bookstagram et près de 700 000 pour #bookshelf. Plus que les comptes de Booktubeurs qui imagent leurs lectures par une photo de couverture, c’est les comptes thématiques qui offrent une perspective nouvelle et invitent à découvrir le livre autrement.

Le livre, c’est une émotion mais c’est aussi un espace intime. @TheArchivistsblog l’ont bien saisi en proposant sur leur compte des rencontres de lecteurs au travers de leur bibliothèque. Montre-moi ta bibliothèque et je te dirais qui tu es !

archivistsblog_instagram

The Archivists blog – Instagram,  découverte de bibliothèques

thearchivistsblog

The Archivists blog, rencontre avec les amoureux des livres

Sous notre œil indiscret se dévoilent des images d’intérieurs, des lieux tendres, nostalgiques, inventifs, surprenants, très lifestyle (souvent repris dans les épingles déco de Pinterest)…et très personnels. La rencontre par l’image d’abord, puis sur le blog le rendez-vous avec le propriétaire qui se raconte et partage quelques livres à lui emprunter. Les réseaux sociaux deviennent ainsi plateforme d’inspiration déco, de journal intime mais aussi de mémoire sociale collective.

«Le livre est un point commun assez important entre les gens. C’est intéressant de savoir que telle personne a aimé les mêmes livres que nous, ou d’autres, et lesquels. Je trouve qu’un cliché ajoute quelque chose, c’est un objet esthétique.»
Mary Musy, libraire à Oron et auteur d’un imprévisible buzz autour de sa photo d’une pile de 10 livres qui ont marqué sa vie.

Regarder des gens qui lisent, vous pensiez que ça ne marcherait pas ? Et bien si. Le compte @ReadingWild a pris le parti de saisir la pratique de la lecture au travers d’images, souvent vintage et à l’aspect léché, de personnalités connues et reconnues pour leur amour de la littérature. Leur site littéraire et blog accompagne ces photos en se focalisant aussi sur les liens intimes des personnes célèbres avec leurs lectures. A travers l’objet livre, c’est toujours le lecteur (quel qu’il soit) qui reste au centre par l’échange d’un moment de vie, d’une émotion et d’un partage d’égal à égal. On est assez loin de l’image du petit cercle littéraire fermé et élitiste.

Les bibliothèques anglo-saxonnes ont vite saisi l’importance de l’image pour promouvoir la lecture et se sont lancées avec créativité sur Instagram. Par des concours sous le hashtag #librairyshelfies, la Bibliothèque publique de New-York a par exemple incité les jeunes à se se photographier entre les rayonnages d’une bibliothèque, devenue d’un coup un lieu ludique de découverte. Résultats: plus de 1’200 post Intstagram et 1’700 tweets de 11 pays. On se rappelle aussi des photos de #bookfaces qui ont créé le buzz même auprès des libraires.

nypl_instagram-01102016

#bookfaces, New York Public Library Instagram

Peu de bibliothèques francophones ont investi ce réseau alors qu’elles sont plus de 500 à être sur Facebook. La Bibliothèque Nationale de France a calqué ses homologues américains,  mais son audace serait-elle due au succès rôdé de son compte Gallica sur Facebook et Twitter? Des comptes qui ont quand même réussi le pari de mêler images d’archives et humour et de constituer une vraie communauté de fans : les Gallicanautes.

Pour continuer à découvrir autrement livres et temples du livre, voici une liste de comptes thématiques à suivre.

Un club de lecture 2.0

Pour se retrouver entre amoureux littéraires, que de mieux qu’un réseau social à soi. Et ainsi des réseaux sociaux uniquement dédiés au monde littéraire, véritables bibliothèques virtuelles, virent le jour et eurent beaucoup de petits et grands lecteurs… Ces plateformes reprennent les aspects d’un réseau social traditionnel ainsi que leurs fonctionnalités :

  • Création d’un profil ;
  • Flux d’actualités en fonction de ses goûts et possibilité d’échanges sur un forum;
  • Création de sa propre bibliothèque recensant toutes ses lectures et classées selon divers critères (genre, appréciation, progression de lecture) ;
  • Mise en relation avec d’autres profils aux bibliothèques similaires et discussion par chat privé.

Babelio est l’un des plus grands réseaux sociaux littéraires (RSL) avec plus de 350 000 membres et 3 millions de vues par mois (août 2016). Misant tout sur l’effet de bouche-à-oreille transposé sur Internet, ses créateurs proposent un outil de découverte aux dévoreurs de livre et une base de données d’informations pour les visiteurs occasionnels.

babelio

Page d’accueil de Babelio

La plateforme a réussi à séduire les éditeurs et les bibliothécaires, en créant un pont entre chroniqueurs amateurs et professionnels du livre. Sur le site Babelthèque, les bibliothèques publiques ont accès au catalogue du RSL et à ses contenus web produits par la communauté (1 million de critiques, 900 000 extraits, des citations, etc.). Pour les éditeurs, un service presse 2.0 gratuit est offert. Ce service repose sur l’engagement des membres les plus actifs de la communauté pour chroniquer librement un livre envoyé par l’éditeur en exclusivité. Pas d’opération promotionnelle, ni de lynchage web, chaque lecteur sélectionné par Babelio est libre de son avis, positif ou négatif, pour autant qu’il soit argumenté.

Fort de la productivité de ses membres, le réseau social littéraire se démarque en proposant une visibilité à des maisons d’édition ou des auteurs moins connus ou lors de la rentrée littéraire, à des ouvrages passés à la trappe par la presse!

Besoin de conseils sur votre prochaine lecture? Faites-vous aider par un des nombreux réseaux sociaux littéraires!

En conclusion, les réseaux sociaux ont apporté une nouvelle fenêtre au monde du livre en donnant voix au lecteur et à sa propre expérience. La discussion littéraire cesse d’être élitiste et critique, elle devient à la portée de tous; chaque opinion compte et tout livre peut être célébré. Au niveau des professionnels, les réseaux sociaux peuvent permettre aux plus petites librairies ou bibliothèques d’accroître leur notoriété tout en incitant les gens à lire, souligner leur spécificité tout en ciblant différents lectorats et rétablir ainsi la proximité avec le lecteur.

Une réflexion sur “Le livre au pays des réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s