Hashtags: un slogan pour les rassembler

De nos jours, les slogans peuvent permettre de tirer son épingle du jeu au milieu des hashtags sur Twitter et Instagram.

15 janvier 2009. Il est plus de midi à New York et le vol 1549 d’US Airways vient d’effectuer une manœuvre d’urgence et de se poser sur l’Hudson. Aussitôt, l’information est relayée par Jim Hanrahan qui publie un message sur son fil Twitter, puis par Janis Krums qui publie également une photo sur TwitPic. Très vite, les hashtags « USairways », « plane », « crash » et « hudson » deviennent les plus populaires sur la plateforme. Ce jour-là, Twitter vient de démontrer l’une de ses forces: l’information a fait le tour de la planète avant même qu’un seul média traditionnel n’en ait publié une ligne et avant même que les mots clés n’apparaissent dans les tendances de Google. Et les hashtags n’y sont pas étrangers.

Un dièse fédérateur

L’idée du hashtag a été suggérée par l’un de ses utilisateurs, Chris Messina, un ancien designer de chez Google. Le concept est simple: utiliser le dièse pour créer des groupes. Très vite, il est adopté par la plateforme et va permettre à l’utilisateur de retrouver tous les tweets qui sont associés à un hashtag.

Mais au-delà de sa fonction première, le hashtag peut également devenir un élément unificateur. Ainsi, #jan25 était celui utilisé pour mobiliser les citoyens à se réunir en Egypte pour protester contre le gouvernement en place. Il servit ensuite à démentir la propagande qui tentait de minimiser l’ampleur du mouvement qui vit la démission du président Hosni Moubarak.

L’expansion de la révolution égyptienne sur Twitter

Les événements en Egypte allaient impacter les pays alentours et donner naissance au Printemps Arabe.

Dans le cadre du mouvement #OccupyWallStreet, il s’agissait d’un simple appel à occuper la célèbre place financière de New York. Appel entendu par de nombreux activistes qui devint ensuite le symbole d’une résistance envers la finance et l’exploitation des plus démunis.

OccupyWallStreet
Poster de Adbusters, usage raisonnable, source wikipedia

Et sur Instagram?


Le réseau social dédié à la photographie a pris de plus en plus d’ampleur, notamment auprès des 18-29 ans, et occupe la troisième place mondiale derrière Facebook et Youtube (Instagram en 30 chiffres et utilisateurs des réseaux sociaux en France en 2017). Comme sur Twitter, le hashtag fait partie intégrante du paysage de l’application. Pourtant, l’utilisation qui en est faite ici diffère grandement. En effet, les publications sont souvent ornées de hashtags en cascade et, lors d’une recherche des hashtags les plus populaires de la plateforme sur le moteur de recherche de Google, il n’est pas rare de voir des sites proposer des listes de 100 ou 200 hashtags. Le comble étant des sites proposant des groupes de hashtags les plus populaires.

Parmi ce torrent de hashtags, difficile de ne pas être noyé dans la masse. Néanmoins, des tendances se dessinent plus clairement souvent liées au bien-être et à un style de vie. Ainsi, #love, #happy, #cute et #beautiful reviennent fréquemment au fil des années. Il semble donc que les thèmes choisis aient ici une certaine importance.

Quel intérêt pour une entreprise?

De nos jours, l’intérêt pour une entreprise d’être sur les réseaux sociaux n’est plus à démontrer. Mais dans le cas où la stratégie digitale d’une marque lui demande d’être présente sur Twitter ou Instagram (ou les deux), définir les bons hashtags pour fédérer sa communauté devient essentiel. Bien évidemment, un hashtag avec le nom de l’entreprise est la solution la plus facile. Cependant, lors d’une recherche, les posts comportant ce hashtag seront également mélangés avec ceux ayant une connotation négative sur la marque, les utilisateurs mécontents utilisant probablement ce même hashtag.

Il existe cependant une solution qui permet d’utiliser un hashtag comme point de ralliement de sa communauté tout en évitant une grande partie des consommateurs grognons: le slogan. Dans sa stratégie digitale, TAG Heuer utilise systématiquement le hashtag #dontcrackunderpressure.


Vidéo promotionnelle du challenge #dontcrackunderpressure

Soulignant une certaine philosophie de vie, ce slogan peut être non seulement repris par les ambassadeurs de la marque sur leurs comptes personnels mais également par les fans de la marque qui souhaitent s’identifier à elle.

Un autre exemple, l’équipementier sportif Nike, dont le slogan est connu de tous. Une fois de plus, il illustre une philosophie de vie et il n’est pas étonnant que sur Instagram, plus de 11 millions de publications comportent le hashtag #justdoit.

En résumé, il me semble que pour fédérer une communauté de fans sur Twitter ou Instagram, un bon slogan est l’outil idéal. A noter qu’il peut être préférable qu’il soit simple, assez court et doté d’une portée pleine de sens: #unvolcanseteintunetreseveille me semble à ce sens un peu trop complexe pour apparaître plus de 8 fois sur Instagram. Un autre exemple avec le slogan du fournisseur de services en télécommunications O2, en Angleterre: bien que repris environ 17’000 fois sur Instagram, #bemoredog n’a que peu de liens avec l’activité de la compagnie. Dans ces deux situations, il peut être préférable de créer un slogan dédié uniquement à la stratégie digitale.

Sources supplémentaires:

Rétrospective du #jan25 par France24 un an après

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s