Cuisinistes sur Facebook: comment font-ils monter la sauce?

Les vendeurs de cuisines en Suisse utilisent-ils le principal réseau social pour promouvoir leurs produits? Une recherche démontre des pratiques très contrastées, voire parfois inexistantes. Coup de projecteur sur trois cas.

Dans le monde des cuisinistes, l’utilisation de Facebook pour vendre sa marchandise n’en est qu’à ses débuts. SABAG SA, dont je suis la responsable marketing, est l’exemple type de l’entreprise à la recherche d’une stratégie pour se positionner correctement sur ce vecteur de communication. Il est ainsi intéressant de jeter un coup d’œil dans le jardin du voisin pour voir si l’herbe est plus verte que dans le nôtre.

Voici trois exemples de firmes qui se différencient dans l’utilisation de Facebook pour promouvoir leurs cuisines.

 

POGGENPOHL La clientèle connectée est ravie

Parmi l’offre de cuisinistes à disposition de la clientèle en Suisse, Poggenpohl se positionne dans le haut de gamme. Comme l’amateur de belle voitures se tournera vers un garage Maserati pour assouvir ses envies de jolies mécaniques, celui de cuisines de renom ira se renseigner chez ce vendeur, dont le siège est basé en Allemagne – il livre dans 70 pays différents.

Poggenpohl appartient à la catégorie des bons élèves dans la problématique traitée. Sur Facebook, plus de 11 000 Folowers s’intéressent à ses posts. Une publication peut donc avoir un retentissement important auprès de la clientèle connectée.

Quand on arrive sur le site Internet de l’entreprise, l’icône Facebook est clairement visible en bas de la page d’accueil. Elle apparaît aux côtés d’autres réseaux sociaux – Pinterest, Twitter, Instagram, Youtube,– ce qui démontre l’importance accordée à ce vecteur de communication.

Foto Schule_1

Après avoir accédé sur la page Facebook de Poggenpohl, on remarque rapidement la gestion professionnelle de l’outil. Tous les trois jours en moyenne, un nouveau post apparaît. Il vante, via un contenu montrant dès le premier coup d’œil la sobriété, l’élégance et la pureté des lignes des produits, ce que Poggenpohl a à offrir.

Il est intéressant de constater l’utilisation de photos de très haute qualité.

PoggenpohlWaldshut-TiengenSeippWohnen-DisplayPoggenpohlKitchenStudioMinneapolisPartners4DPoggenpohlKchenstudioZrich_ARTESIOpolarweiss

Chaque post n’en contient qu’une. Cette stratégie permet sans doute de capter l’œil du client sur un exemple précis. Son attention n’est, du coup, pas perdue dans une multitude d’images différentes. Le produit est d’autant mieux mis en valeur.

poggenpohl FB_Message

Chaque post est tracé de façon systématique. Poggenpohl utilise méthodiquement les hashtags #Poggenpohl et #kitchen. Cela offre une meilleure visibilité aux produits quand ils sont recherchés sur Facebook.

paques

A noter l’utilisation de Facebook par le cuisiniste allemand pour adresser des petits clins d’œil à ses Followers. Dernier exemple en date, qui permet assurément de se rappeler aux bons souvenirs de sa clientèle, celui effectué le jour de Pâques.

Au-delà des images soulignant le caractère haut de gamme de ses produits, Poggenpohl utilise aussi d’autres outils proposés par le plus connu des réseaux sociaux – la vidéo notamment – pour faire parler de lui.

Que pense le spécialiste cuisines de SABAG SA, Stefan Frey, de l’utilisation par Poggenpohl de Facebook? Sa réponse:

Stefan Frey

« Poggenpohl est un cuisiniste de renom international très actif sur les réseaux sociaux. Il emploie 2 personnes à temps plein pour arriver à une telle qualité de présence. « 

 

 

CUISINES TEUTSCHMANN La clientèle de proximité dans le viseur

Cuisines Teutschmann cherche à se démarquer de la concurrence en concentrant ses efforts de communication sur la clientèle située près de chez lui. Basé à Nyon, il utilise Facebook pour toucher les gens habitant dans l’Arc lémanique en particulier et en Suisse romande en général.

Cette entreprise familiale – 34 collaborateurs – possède plus de 400 Followers. Elle se distingue en adressant des messages au contenu parfois presque trop familier.

t

Cette stratégie pour un cuisiniste au rayonnement régional peut faire mouche. L’utilisation d’émoticônes, l’absence de contextualisation et même, parfois, de légendes, laisse à penser que la gestion de la page Facebook est avant tout basée sur l’émotionnel.

Sans légende, il n’est pas possible de tracer ses posts grâce aux hashtags. Pour la visibilité, ce n’est pas idéal. Il est d’ailleurs étonnant de voir que les hashtags pour promouvoir l’entreprise sont inexistants, ce qui constitue une faiblesse dans l’utilisation du plus connu des réseaux sociaux.

Initiative intéressante: Cuisines Teutschmann propose chaque mois un concours sur sa page Facebook. Pour faire parler de lui et fédérer une communauté, ce rendez-vous mensuel est pertinent et constitue une manière efficace de générer des likes et, corollaire, de se faire connaître.

Concours

Que pense le spécialiste cuisines de SABAG SA, Stefan Frey, de l’utilisation par Cuisines Teutschmann de Facebook? Sa réponse:

Stefan Frey

« Comme Poggenpohl, les followers de Cuisines Teutschmann reçoivent très régulièrement des informations, de nouvelles photos, sont invités à participer à des concours ou profiter d’actions. Très beau profil, professionnel et émotionel. Un ou des collaborateurs sont derrière cette page et s’y investissent pleinement. Bravo!  « 

SANITAS TROESCH La clientèle oubliée

Sanitas Troesch – 18 points de vente en Suisse, 970 employés – est peu présent sur les réseaux sociaux, en particulier sur Facebook. Si on analyse leur fil d’actualité, il y a peu de posts. Ils sont dépourvus de hashtag. Il n’y a aucune fréquence de publication. La question que l’on peut se poser après un coup d’oeil sur leur page: y a-t-il une stgratégie de communication via les réseaux sociaux? A première vue, pas vraiment.

Que pense le spécialiste cuisines de SABAG SA, Stefan Frey, de l’utilisation par Sanitas Troesch de Facebook? Sa réponse:

Stefan Frey

« Lorsqu’on cherche Sanitas Troesch sur Facebook, on arrive sur des pages régionales. On ne distingue pas au premier coup d’oeil laquelle est la page du siège principal. Il manque une structure claire dans la réalisation des posts ainsi qu’un stratégie de communication. « 

 

 

EN CONCLUSION

SABAG SA a beaucoup à retenir des trois cas analysés ci-dessus. Autant de Sanitas Troesch pour son manque de visibilité sur les réseaux sociaux – une absence qui paraît anachronique de nos jours – que des deux autres pour leurs intéressantes initiatives.

SABAG SA, au niveau de la dimension de l’entreprise et de son marché, se situe à mi-chemin entre Cuisines Teutschmann et Poggenpohl. Son ancrage helvétique est avéré – 43 points de vente basés entre Genève et Zurich –, sa grandeur en fait un acteur majeur au pays, mais il n’a pas l’envergure internationale du cuisiniste allemand.

Sur la base de ce qui précède, la stratégie de SABAG SA sur les réseaux sociaux pourrait prendre une forme intermédiaire par rapport à ce que proposent nos concurrents les plus actifs: une gestion professionnelle et dynmaique de l’outil (à l’image de Poggenpohl), mais une gestion de proximité, nos clients étant à même de rejoindre rapidement l’un de nos nombreux points de vente situés près de chez eux (à l’image de Cuisines Teutschmann).

En ce moment, SABAG SA est plus proche de Sanitas Troesch en termes d’utilisation des réseaux sociaux que d’un cuisiniste dynamique. Pour SABAG SA, qui a négligé cet aspect jusqu’à présent, il conviendrait de corriger le tir et de tenter de s’aligner sur ce que propose la concurrence la plus active – voire si possible de faire mieux.

La conclusion du spécialiste cuisines de SABAG SA, Stefan Frey:

Stefan Frey

« Des profils Facebook comme ceux de cuisines Teutschmann et Poggenpohl sont très attractifs et demandent beaucoup de travail et une personne responsable pour le contenu et les photos.

Des pages comme celles de Sanitas Troesch n’ont aucun intérêt. Le client n’y trouve rien d’intéressant et ne provoque aucune émotion. Les informations telles que l’adresse et les heures d’ouverture peuvent être trouvées facilement sur Local ou le site Internet.

Pour SABAG, je pourrais m’imaginer une page Facebook regroupant toutes les divisions à condition qu’une personne soit entièrement responsable de son contenu, qu’elle soit bilingue avec un taux d’occupation en conséquence et qu’elle s’occupe de trouver les images et les textes de manière indépendante. Grâce à nos 43 succursales dans toute la Suisse et nos nombreuses activités clients, nous aurions bien assez de contenus et pourrions présenter notre entreprise familiale Suisse SABAG à nos clients et followers. Mais ceci est à mon avis uniquement réalisable si les conditions évoquées plus haut sont respectées. « 

 

 

Sources: Facebook, Internet, sites Web des entreprises concernées

Interview: Stefan Frey, Responsable divion cuisines, Groupe SABAG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s