Accompagner son enfant dans l’utilisation des nouvelles technologies et des médias sociaux

Comme tout pendulaire qui se respecte, à peine entré et installé dans le wagon, je coiffe mon casque et lance Youtube sur mon smartphone.

Au milieu des notifications de Norman et des chaines High-Tech et Geek, j’aperçois une notification de « Studio Bubble Tea ». D’où sors-tu toi ?

Enquête, à commencer par l’interrogatoire de la principale suspecte :

  • Déclinez votre identité
  • Je m’appelle Maëva, j’ai 8 ans, je mesure 1m36 pour 31 kg, j’ai les cheveux blonds, j’ai encore des dents de lait mais je sais compter jusqu’à plus de 200 et je suis fan de M. Pokora.
  • Vous jurez sur Les minions et Hello Kitty de dire toute la vérité et rien que la vérité ?
  • Oui, je le jure.
  • Maëva, avez-vous utilisé dernièrement un objet connecté à internet ?
  • Euuuuh, oui un vieux téléphone de mon papa.
  • Pouvez-vous me dire quelles applications vous utilisez et pourquoi ?
  • Youtube, pour regarder des vidéos sur les jouets et écouter de la musique comme « Despacito » « M.Pokora », mon chéri, et « Zaz ». Et Netflix pour regarder des films ou « les sirènes de Mako ».
  • Pensez-vous être à l’origine de l’abonnement « Studio Bubble tea » ?
  • Oui, j’aimais bien les vidéos alors je voulais en voir plus souvent !
  • Merci, grâce à ces éléments nous allons analyser les mesures à prendre.

Après délibérations, le jury 2.0 annonce le verdict suivant :

Maëva ne peut en aucun cas être tenue responsable de l’abonnement à cette chaine Youtube. Cependant, vu qu’elle a écouté « Despacito » 76 fois, elle est, comme ses parents, condamnée à se former aux bonnes pratiques d’un enfant sur internet et les médias sociaux et à être sensibilisée aux dangers éventuels de ces mêmes outils.

L’introduction ci-dessus peut certes paraître un peu légère, mais lorsque j’ai demandé à ma fille ce qu’elle désirait pour ses 8 ans, quelle ne fut pas ma surprise lorsqu’elle m’a demandé « une carte pour mon téléphone ».  Après un temps de réflexion d’approximativement deux secondes, j’ai refusé d’accéder à sa demande, mais j’ai aussi réalisé que je venais de trouver le sujet pour le blog grâce à elle.  « Accompagner son enfant dans l’utilisation des nouvelles technologies et des médias sociaux »

Selon «www.jeunesetmedias.ch», site que je vous recommande d’ailleurs, 94% des jeunes ont au moins un profil sur le net. Impossible d’y échapper donc.

Le sujet est vaste et il serait présomptueux de le traiter de manière complète par cet article. Voici quelques recommandations qui me semblent constituer le b.a.-ba de l’accompagnement des premiers pas de son enfant dans le monde connecté.

Les règles pour les enfants:

Pour commencer, l’essentiel est d’être toujours ouvert à la discussion, lui expliquer pourquoi telle application ou tel jeu n’est pas adapté à son âge, pourquoi il n’est pas envisageable qu’il possède son propre smartphone avant un certain âge, répondre aux questions qu’il pose et ne pas faire d’internet et des réseaux sociaux des « sujets interdits ».

On peut également poser des jalons. On décide que notre enfant pourra avoir accès aux réseaux sociaux à partir d’un certain âge mais, dans un premier temps, sous surveillance. Puis il pourra avoir un téléphone portable, mais sous certaines conditions. Que les règles soient claires me semble primordial. Certains spécialistes de ce sujet, comme Serge Tisseron,  proposent des tableaux qui permettent aux parents de se faire une représentation de ce qui est adapté à l’âge de leurs enfants en termes de temps d’écran ou de type d’utilisation.

3-6-9-12 par Serge Tisseron

 

La jungle des réseaux sociaux pour les parents:

Pour les parents, même si cela peut s’apparenter à un challenge, il est important de se tenir informé des tendances des médias sociaux. Quel adulte ne s’est jamais senti dépassé par les nouvelles technologies ? Il n’est pas forcément nécessaire de savoir utiliser toutes les applications, mais il est important de savoir comment votre tête blonde l’utilise, ainsi que quels peuvent en être les risques et dérives. L’accompagnement doit avant tout être adapté à l’âge de votre enfant et à son développement. Qu’il utilise Facebook, Twitter, Snapchat ou Instagram, voici quelques points à aborder avec votre enfant afin d’éviter de mauvaises surprises et de gérer son « e-réputation ».

  • Tu ne dois pas ajouter des inconnus dans ta liste d’amis.
  • Ton anonymat, même derrière un pseudonyme, n’est pas garanti.
  • Avant de poster ou partager une publication demande-toi si tu le ferais de vive voix (IRL in real life).
  • Si tu es victime ou témoin d’une forme de harcèlement, d’insultes ou de moqueries, il est important d’en parler à un adulte de confiance.
  • Tu ne sais pas qui se trouve derrière l’écran, ne donne pas d’informations trop personnelles.
  • Évite de diffuser publiquement ton adresse email, ta ville actuelle ou ton école.
  • Tu peux tomber sur du contenu choquant, notamment xénophobe ou pornographique, auquel cas il faut également en parler à un adulte de confiance.
  • Adolescent, ton futur maître d’apprentissage pourrait jeter un œil sur ton profil lors de ta postulation, évite donc les photos qui pourraient te mettre dans l’embarras.
  • Le sexting, pense qu’il ne suffit que de quelques secondes pour relayer une photo qui se voulait être privée, mais il est impossible de récupérer la photo, qui restera éternellement dans la toile. Et ta réputation se trouvera entachée.
  • Sur Internet tout reste et tout peut ressortir même quelques années plus tard.
  • Ce que tu trouves sur Internet n’est pas toujours vrai, il faut apprendre à trier.
  • Ne te permets pas de te moquer d’autrui sous prétexte qu’un écran vous sépare.
  • Ton mot de passe reste privé et doit être complexe.

 

babyRevenons sur le débat concernant le fait de poster ou non les photos de ses enfants sur les réseaux sociaux. Comme mentionné préalablement, tout ce qui est posté sur internet reste stocké sur la toile. Votre enfant, une fois devenu grand, n’appréciera pas forcément de retrouver des photos de lui déguisé ou dans le plus simple appareil. Il s’agit donc de rester prudent à quels clichés vous postez et où vous les postez. Soyez également attentifs à ce que vos paramètres de confidentialité soient réglés de façon à ce que votre audience soit celle que vous désirez.

Le second point délicat et régulièrement débattu est le fait d’être « ami » avec son enfant. Il convient tout d’abord de discuter des recommandations énumérées précédemment. Vous pouvez très bien envisager une forme de « mise sous tutelle » lors des premières années d’utilisation des réseaux sociaux par votre enfant, puis lâcher du lest progressivement ou supprimer le lien d’amitié lorsqu’il émettra le souhait d’avoir plus d’intimité. Il est cependant recommandé d’éviter trop d’interactions sur fil d’actualité de votre enfant pour ne pas le mettre mal à l’aise vis-à-vis de ses « amis followers ».

Le téléphone portable prolongement du bras:

En ce qui concerne le téléphone portable, gardez en tête que votre enfant a la possibilité d’y télécharger des applications comme Whatsapp, Tinder, Snapchat ou Instagram. Là encore, il est important que vous définissiez un cadre d’utilisation et que vous posiez certaines conditions correspondant à l’âge de votre enfant. Il existe par exemple sur le marché des applications qui font office de code parental et qui verrouillent l’accès aux applications sélectionnées par les parents. Je peux notamment vous conseiller Serrure  (Applock) sur Androïd, qui est simple d’utilisation et saura freiner les ardeurs de vos chérubins.

Il est également nécessaire de définir des règles à propos du temps d’utilisation d’une tablette ou d’un smartphone. Souvenez-vous que, par exemple, en visionnant un épisode « Peppa Pig » sur Youtube, il suffit de quelques clics à votre enfant pour tomber sur des vidéos inadaptées à son âge. La présence d’un tiers est, dès lors, souhaitable.dadmobile

En guise de dernier petit conseil, quand vient l’heure de dormir, n’oubliez pas d’éteindre le téléphone de votre enfant et de le laisser au salon pour la nuit. Il n’en dormira que mieux.

Rappelez-vous, la première chose à faire est d’engager la discussion avec votre enfant en restant à son écoute et en lui expliquant que les médias sociaux sont vastes et peuvent provoquer des situations difficiles s’ils ne sont pas utilisés correctement.

 Il faut que je vous laisse…

  • Maëva ? Tu veux bien venir vers moi, on va discuter de Facebook ensemble.
  • Ok, papa je te follow car je te like trop.

 

 

Une réflexion sur “Accompagner son enfant dans l’utilisation des nouvelles technologies et des médias sociaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s