Ma e-réputation mise en danger par les réseaux sociaux

« La meilleure solution pour ne pas subir mon image sur internet, c’est de la maîtriser ! » (Frédéric Fougerat, directeur de la communication du groupe Altran et Master cat).

Nos comportements sur le web influencent la perception que l’on se fera de nous dans la réalité. A différents niveaux, nos actions sur les réseaux sociaux peuvent affecter notre vie personnelle et professionnelle. Quels sont les risques liés à de mauvaises pratiques sur les plateformes sociales ? A quoi devons-nous être vigilants sur les réseaux sociaux ?

Quelle n’a pas dû être la surprise pour Justine Sacco, Senior directrice Corporate et communication chez IAT aux Etats-Unis, lorsqu’elle découvrit qu’elle était licenciée en allumant son portable suite à un vol long courrier. La raison de son renvoi ? Une publication xénophobe sur son profil linkedIn, mal interprétée et relayée à trop large échelle, jusqu’à parvenir aux oreilles des mauvaises personnes…

Bien que la jeune femme ait présenté ses excuses, les répercussions liées à sa négligence auront de lourdes conséquences sur son identité numérique et sur sa future vie professionnelle… Il n’y a qu’à taper son nom sur Google pour vous en rendre compte.

Justine Sacco

Publication sur son profil linkedIn

On oublie trop souvent que les liens entre notre vie privée et notre vie professionnelle sont étroits. Avant de publier des vidéos ou photos sans réfléchir, il est nécessaire d’identifier et définir les contenus susceptibles d’être mal interprétés par son entourage.

Jérômine Siebentaler, experte Online et médias sociaux, la Poste Suisse
Il existe des risques pour notre e-réputation lorsque nous sommes présents sur les réseaux sociaux, surtout s’ils ne sont pas connus. Ces risques sont notamment:

  • une communication d’informations erronées,
  • une usurpation d’identité,
  • une présence incohérente sur les réseaux (privée vs professionnelle).

Attention : ne pas être présent sur les réseaux ne signifie pas un risque 0. Il est important de monitorer sa présence en ligne et sur Google (qu’est-ce qui est dit à mon sujet, etc.) pour maîtriser son image. La présence sur les réseaux permet par exemple d’occuper des places précieuses sur la première page de Google.

Le net n’oublie pas; les erreurs d’un jour peuvent avoir des répercutions pour toujours

Le terme d’e-réputation fait référence à notre image personnelle véhiculée et/ou subie sur Internet et d’autres supports numériques. Le problème sur les réseaux sociaux, c’est que nous oublions trop souvent que nous ne pouvons pas faire n’importe quoi et n’importe où, sous prétexte que nous nous cachons derrière notre ordinateur. Lorsque nous publions du contenu, il faut garder à l’esprit qu’une trace est laissée. Internet n’oublie jamais; nos actes numériques peuvent avoir des conséquences sur la vie réelle.

Un joueur de foot du FC Lucerne en a fait la lourde expérience sur le réseau social Facebook. Après avoir entamé une relation intime via le web avec une française rencontrée lors de ses vacances, le jeune homme a été la proie d’un mauvais tour. Victime de sexotorisme, le footbaleur quiterra son poste au sein de son club de foot suite à la diffusion de vidéos compromettantes. Les répercussions sur sa vie privée et professionnelle seront conséquentes et son identité numérique sera difficilement récupérable…

Article 20 minutes

Un employé du FC Lucerne victime de sextorsion

L’évolution numérique mais pas seulement

Les cybercriminels

Avec l’évolution des plateformes sociales, des nouvelles formes de malfaiteurs apparaissent, les cybercriminels. Ils sont de plus en plus nombreux, plus agiles et ont systématiquement une longueur d’avance sur nous ! Les cybercriminels sont présents sur les réseaux sociaux et s’en donnent à cœur joie; création de faux profils, piratage de vos données, diffamation de fausses informations à vos amis; ils agissent de manière ciblée et discrète dans un environnement rempli de proies faciles.

En 2017, l’Office européen de police Europol a publié une campagne pour lutter contre la « sextorsion ». Elle publie une vidéo pour rendre attentif les internautes afin qu’ils se prémunissent contre les tentatives de chantage aux photos ou aux vidéos à caractère sexuel.

Film prévention sextorsion

Campagne européenne contre la « sextorsion »

Il arrive que des cybercriminels se fassent passer pour de nouvelles connaissances afin d’obtenir de l’argent ou d’autres faveurs. Souvent organisées en réseaux, ces personnes prennent contact avec leurs victimes sur les réseaux sociaux ou sur des sites de rencontres et font semblant de s’intéresser à elles dans le but de se faire envoyer des photos ou des vidéos intimes. Une fois les images transmises, le chantage ne tarde pas à se mettre en place: les victimes sont sommées de verser de l’argent si elles ne veulent pas que leurs photos soient envoyées à leurs proches ou à leur employeur.

Une nouvelle carte d’identité : le numérique

En parallèle à l’évolution des cybercriminels, les comportements des gens changent également. Une personne sur deux en Suisse a un compte Facebook et une sur dix un compte Instagram. Nous sommes connectés en moyenne 2 heures par jour sur les réseaux sociaux. Notre premier réflexe, avant même de rencontrer quelqu’un, est d’effectuer des recherches sur le web sur cette personne.

Jérômine Siebenaler – Expêrte Online and social media, Poste Suisse
A partir du moment où nous sommes présents sur une plateforme, nous influençons notre e-réputation, même si le compte en question est privé. Vous n’êtes pas à l’abri d’un screenshot ou d’un partage.

Personnellement, j’avoue avoir le réflexe de me connecter sur les réseaux sociaux pour consulter le profil d’une personne avec qui j’ai eu contact ou que je vais rencontrer, que ce soit dans la vie privée ou professionnelle. Pour exemple, lorsque nous devons recruter un nouvel apprenti dans notre entreprise, une recherche du profil Facebook ou Instagram est systématiquement effectuée.

Avec cette facilité d’accès à l’information, nous avons tendance à mieux faire connaissance avec la personne via son identité numérique que via une rencontre physique. Comme tout le monde le sait « vous n’aurez jamais une deuxième chance de faire une bonne première impression ». Raison pour laquelle, il est important de connaître quelques bonnes pratiques à mettre en place pour gérer au mieux sa e-réputation à travers les réseaux sociaux.

Responsable des ressources humaines à Groupe E Connect SA, Villars-sur-Glâne FR – Mme Rebecca Stauffer
« Nous utilisons la plateforme LinkedIn seulement après le 1er entretien, car il faut laisser la chance à tout le monde de se présenter sans être jugé avant. Parfois, s’il me manque des informations sur le CV, je vais quand même aller les chercher avant… Si les renseignements que nous trouvons sur LinkedIn ne correspondent pas à ce que la personne nous a décrit lors de l’entretien, je vais creuser et poser des questions.   |…| Personnellement, je ne publie pratiquement rien sur les réseaux sociaux et surtout rien de susceptible de nuire à mon futur professionnel et privé.  Et dans ma vie privée, j’avoue avoir le réflexe de consulter les réseaux sociaux avant de rencontrer une personne… »

« Avoir une présence numérique sur le web et les réseaux sociaux, c’est exister personnellement et professionnellement. »  Mais encore faut-il savoir mettre en valeur sa personne sans en faire trop non plus…

Les bonnes pratiques sur les réseaux sociaux

Transformer les risques en opportunités

Si le simple fait d’ouvrir un compte Facebook, Instagram ou Twitter présente des risques accrus, alors pourquoi tant de personnes y sont encore présentes ? Il existe des dangers liés à de mauvaises pratiques. Une fois ces dangers identifiés, il convient de les transformer en opportunités et ainsi construire son image et sa e-réputation à travers ces réseaux.

Une présence bien réfléchie et maîtrisée peut avoir des impacts positifs tant au niveau professionnel que privé. Si un recruteur tombe sur votre profil LinkedIn ou Facebook et qu’il constate que vous publiez régulièrement des articles intéressants, que vous réagissez à propos de thèmes en lien avec votre activité et que vous mettez en valeur vos forces, vous aurez plus de chance d’être contacté. Etre actif sur les réseaux sociaux vous permettra de vous différencier et de présenter le meilleur de vous-même.

Dans la vie privée, les réseaux sociaux vous dévoilent au grand public et les avantages de cette connectivité sont nombreux. Retrouver des amis, partager des informations et encore suivre des activités deviendra aisé.

Construire sa marque personnelle

L’image que nous présentons de nous sur le web doit être cohérente avec notre identité réelle. Les mensonges sont donc à bannir des réseaux sociaux. Il faut présenter et  montrer le meilleur de nous-même sur internet sans devoir être le meilleur.

De la même façon qu’une entreprise définit sa stratégie, il faut se poser les bonnes questions; pourquoi est-ce que je me crée un compte Twitter, Instagram ou LinkedIn ? Quel est l’objectif de ma présence sur cette plateforme ? Quels sont les risques et quelles sont les opportunités? Quel est mon plan d’action ? Si je choisis de me concentrer sur Instagram, qui est mon public et quel est son intérêt?

Même si ces réflexions peuvent paraître exagérées, il est nécessaire d’être au clair sur l’image que nous souhaitons donner de nous sur le web et de maîtriser les outils pour protéger notre vie privée.

Points clefs pour construire son identité et sa marque

  • Gérer la confidentialité de ses données sur les réseaux sociaux
  • Définir son positionnement – sa stratégie
  • Soigner ses profils
  • Publier du contenu adapté à la plateforme en question
  • Soigner le dialogue avec les communautés

Toutes les informations sur ce sujet sous soigner son image sur les réseaux sociaux

Jérômine Siebenaler – Experte Online and social media, Poste Suisse
Les réseaux sociaux sont un outil précieux pour façonner son image. Je pense qu’il faut procéder par étapes :

  • Fixer ses objectifs par plateforme (pro vs privé)
  • Définir sa ligne éditoriale par canal (type de photos/vidéos)
  • Partager du contenu et entretenir le dialogue
  • Monitorer sa présence régulièrement (qu’est-ce qui fonctionne)
  • Se faire plaisir (si on se force, ça ne fonctionne pas)

 A chaque fois que je poste du contenu je me pose la question suivante : « que se passerait-il si mon employeur voyait cette photo/vidéo », une assez bonne manière de garder le contrôle sur son image. Personnellement j’ai une stratégie/concept par canal. Par exemple : Instagram : lifestyle, blog, voyages, musique / Linkedin/Twitter : expertise social media

 A vous de jouer, votre e-réputation est entre vos mains…

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s